image004

file:///C:/Documents%20and%20Settings/fricotl/Mes%20documents/ENV/CM20150304_fichiers/image004.jpg

Le débat d’orientations budgétaires est l’un des moments forts de l’année budgétaire. C’est un exercice que le législateur a voulu comme exemplaire du fonctionnement démocratique.

Encore faut-il que les éléments fournis permettent d’ouvrir un débat sur l’adéquation entre les priorités que se donne l’équipe municipale (orientations, actions, …) et les moyens dont elle dispose pour les financer.

Or, il ressort de la présentation et des réponses de l’adjoint aux finances (le maire était totalement absent et ne s’est pratiquement pas exprimé) une impression de grand vide.

En guise d’orientations sur les activités des services, nous n’avons eu droit qu’à une liste de 11 actions évènementielles, qui tient plus d’un programme de « comité des fêtes » qu’à la mise en œuvre d’actions politiques de fond pour les habitants. Les opérations en investissement sont réduites à la portion congrue faute de finances : ce ne sont pas les 1,5M€ alloués aux travaux et répartis sur une vingtaine d’opérations qui permettront d’entretenir le patrimoine soi-disant à l’abandon.

Des dépenses non maîtrisées

Eléments à retenir de la présentation

  • Les recettes de fonctionnement seront en régression de -3%
  • Les dépenses de fonctionnement seront,elles, en hausse de +2,5% (malgré les promesses de la campagne et du débat budgétaire de 2014 de réduire les dépenses) avec des dépenses de personnelen hausse de +3,87% (c’est pourtant le poste sur lequel l’adjoint aux finances avait annoncé vouloir/pouvoir faire des économies !)
  • Sur le plan financier,
    • les principaux indicateurs qui permettent de mesurer la capacité financière ne nous ont pas été fournis (et pour cause)!
      Nous les avons calculés et ils sont dans le rouge :
      • La marge brute (ou capacité d’autofinancement) est en chute libre de 50% par rapport à l’année dernière
      • La marge nette (capacité à financer les investissements sur les fonds propres) est négative.
  • Dans ce contexte le poste principal de financement des investissements sera encore cette année les ventes immobilières (décriées par Mr Dublineau lorsqu’il était conseiller municipal d’opposition)
  • La subvention au CCAS (action sociale) est annoncée en diminution de 4%.
  • Les deux seules bonnes nouvelles concernent :
    • Les taux des taxes des impôts locaux qui n’augmenteront pas cette année
    • Les subventions aux associations qui ne seront pas modifiées cette année
  • Une hausse des impôts dans les années à venir (dès 2016 ?) ? La formule "il faut user avec sagesse et modération des impôts" le laisse penser

Un budget flou

Les réponses à nos questions achèvent de nous inquiéter

  • L’adjoint aux finances se justifie en réclamant une seconde année de transition et indique avoir besoin en 2015 d’une année de « transition budgétaire » après une année de « transition politique » en 2014.
    Cet argument relève de la manœuvre pour essayer de cacher l’échec de la préparation budgétaire. De fait, il reconnait que la préparation du budget a été très difficile.
  • Il indique que les indicateurs financiers que nous avons calculés sont erronés car les chiffres qui nous ont été fournis (par lui !) sont faux !
  • Il nous indique aussi qu’il va faire voter un budget incomplet et qu’une modification budgétaire interviendra pour prendre en compte de nouvelles dépenses financées par de mystérieuses recettes dont il ne veut rien dire.
    Faut-il rappeler qu’un budget doit être « sincère », c’est-à-dire présenter toutes les dépenses et recettes connues/identifiées sur l’année !
  • Il finira énervé en indiquant que l’état de la ville était tel qu’ils se demandaient s’ils étaient arrivés aux commandes d’Eaubonne ou de Beyrouth ?

 

Nous avons pris acte d’une présentation minimaliste qui ne permet pas de répondre aux objectifs fixés pour un débat d’orientations budgétaires.
Une présentation qui soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.
Nous attendons la présentation du budget primitif 2015 en espérant enfin y trouver les réponses qu’attendent les Eaubonnais.