George Hébert


HATIVE ET MAL GEREE
Si l’avis technique du bureau Veritas a été rendu en octobre 2014, l’état du gymnase était connu et nous savions tous que des travaux lourds étaient nécessaires. Le programme d’«Eaubonne notre ville» l’avait prévu et une étude sur le coût, soit de travaux de réhabilitation soit de construction d'un nouvel équipement, était inscrite au budget 2014 et prévue pour démarrer en octobre. La nouvelle municipalité a supprimé les crédits, un an de perdu.

Bien sûr, la ville se doit d’assurer la sécurité des personnes dans tout équipement collectif, la responsabilité du Maire est engagée en cas d’incident.
Alors pourquoi avoir demandé aux associations de se prononcer par vote sur la fermeture définitive du site?
Les informer des conclusions de l’audit ne saurait justifier cette démarche qui leur fait porter le poids de la décision. C’est de la responsabilité du Maire, de lui seul, et non pas des associations utilisant le site, de décider ou non de la fermeture.
Fermer immédiatement le gymnase n’était pas nécessaire, l'audit technique ne le préconise d'ailleurs pas. Un plan de surveillance pouvait être établi gérant la sécurité et la disponibilité du site, permettant de traiter des aléas sans précipitation vers les équipements existants les mieux adaptés. Cela aurait permis de préserver les activités du collège et des associations.

FORTEMENT PERTURBATRICE
Informer le collège Chénier et les associations, si peu de temps avant les vacances de Toussaint, de la fermeture du gymnase à la rentrée, les a obligés à s'adapter en urgence sans alternative proposée.
Les associations se sont trouvées contraintes de revoir leurs plannings d’accès au gymnase. Cela a déclenché un vaste jeu de chaises musicales, désorganisant les activités, pour toutes les associations même quand elles n’avaient pas l’usage du gymnase, changement des lieux et des horaires pour les utilisateurs … avec pour effet immédiat : réduction d’activité, voire perte d’adhérents !
L’impact sur les activités sportives du collège, scolaires (EPS) et loisirs (AS), est majeur. La décision prise a pour conséquence d’imposer des contraintes de déplacements sur un site externe au collège en générant une réduction drastique du temps d’activité (EPS) et suppression d’activité (AS).

ET MAINTENANT?
Nous attendons :
• L'affirmation d’une volonté de répondre à l’attente et aux besoins des associations et du collège, avec à minima la restauration de la disponibilité perdue
• L'installation d'un bâtiment modulaire provisoire
• Un avancement rapide du projet de travaux :

  • Réhabilitation de la construction existante ?
  • Reconstruction d'un équipement pluri-disciplinaire ?

L'avenir du site est prioritaire et doit être travaillé en concertation avec les utilisateurs.