Alors qu’un grand nombre d’agents municipaux, associatifs, enseignants et parents d’élèves avaient pris part aux nombreuses réunions de concertation, la nouvelle municipalité a décidé de modifier l'équilibre trouvé entre les temps scolaires et périscolaires.

La concertation avait conclu à l’étalement de l’apprentissage scolaire sur 5 jours (dont le mercredi matin) et 2 fois 1h15 d’activités périscolaires (lundi/jeudi ou mardi/vendredi), mettant l’accent sur la régularité des journées d’école.

La nouvelle municipalité en a décidé autrement, zappant la « nouvelle et large concertation » prévue dans leur programme. Elle conserve les activités périscolaires, mais seuls deux choix étaient proposés aux conseils des écoles : ramener les activités sur une demi-journée, ou ajouter 3/4h d’activité par jour.

Dans les faits, le dernier choix ne permet pas l’organisation d’activités périscolaires, le temps prévu étant trop court. Majoritairement, les conseils d’école ont choisi la première option, souvent par dépit.
En effet, si cette solution conserve l’étalement des apprentissages scolaires sur 5j, leur répartition est très inégale sur la semaine, avec 2 après-midis consécutives sans école et les 3 autres toujours aussi chargées.

Ce changement par rapport à la solution issue de la concertation, certes légal, est expliqué par "c'est plus facile à mettre en œuvre". Mais les services municipaux, dont la compétence n'est plus à prouver, avaient déjà préparé la rentrée selon ces modalités, qui étaient plus respectueuses du rythme de l’enfant puisque temps scolaires et périscolaire étaient mieux répartis sur la semaine.

Nous avions mis la jeunesse et l’éducation au centre de l’action municipale, force est de constater que la nouvelle municipalité a d’autres priorités. Du Projet Educatif pour Eaubonne (P2E), dont l’ambition était de permettre la réussite de chaque enfant, en intégrant tous les temps de l’enfant et tous les acteurs, il ne reste plus qu'une mise en place de la réforme scolaire sans concertation et pour l'instant sans contenu éducatif.

Nous avions proposé un accompagnement des animateurs, le recrutement d’un coordinateur par école.
Quels moyens seront mis en place pour la constitution d’équipes d’animation?

Nous restons donc réservés et demanderons dès le mois de janvier une évaluation sur cette mise en place.